Abdou Latif Guèye : comme une tour de foi

ABDOU LATIF GUEYE : COMME UNE TOUR DE FOI…

 

        J'ai voulu témoigner.

 

        Ce 6 avril fut un bien triste dimanche d'avril, avec la disparition de Latif et de Makhouradia. Deux grands GUEYE qui nous quittent.

 

        De Latif, je ne lui connaissais que la douceur, une exquise courtoisie née sans faute d'une éducation noble et forte, puisant ses valeurs dans ce que nos pères savaient cultiver: le respect du pauvre comme du riche, la politesse, la pudeur, le culte du partage, la dignité, l'honneur quel qu'en soit le prix. Latif avait le sens de l'écoute. Il avait le respect du savoir, la passion pour la connaissance, ce qui est une posture et une quête rares de nos jours, une denrée presque perdue. Il était  grand, beau, altier, civilisé jusqu'à l'os. Il ne cultivait pas l'art de la parole. Il était l'incarnation de la belle parole. N'est pas orateur qui veut. Il s'exprimait si bien ! Le contenu de ses dires n'était pas d'un vide désespérant. Sa parole signifiait toujours.  Elle était comme un prêche. On en tirait toujours une richesse. Latif était une école. Quand il prenait la parole, on l'écoutait. Il ne s'est jamais donné en politicien baveux et partial. Il ne portait pas cette image là, comme le zèbre ses zébrures. Je le reconnaissais comme un serein pèlerin au service de la foi et des causes qu'il servait. Il n'avait pas donné au mot « politique » une mauvaise réputation. Il était un franc médiateur pour le Président Wade, pour le Sénégal. Il n'était pas de ceux qui disaient presque rien sur presque tout. C'était un homme de mesure. Il était un conciliateur. Il avait les mots et la prestance pour cela. Il cultivait l'amour, l'amitié et l'échange. Il était un pont. Dans les différentes fonctions qu'il a  occupées dans sa vie si remplie mais si inachevée, il savait combien la parole devait véhiculer des leçons de vie, combien elle devait construire, unir, faire espérer. C'était un homme de vérité. Il aimait son pays. Il avait des amis dans tous les camps. Il était courageux. Comme son père, m'a-t-on dit. Je n'ai pas connu son père, mais je sais ce qui l'unissait à un certain Léopold Sédar Senghor. Je n'ai pas connu Latif comme il se devait. Mais j'appréciais l'homme, l'encrage des valeurs qu'il véhiculait à chaque fois que je l'entendais. Nous savons tous que l'islam était son étendard. Nous savons tous combien il aimait sa religion, combien il la défendait sans faiblesse. Il avait fait un choix de vie. On le reconnaissait par ce choix, même si l'on pouvait ne pas partager ses convictions. Tout homme a  son point cardinal. Latif n'aura pas gravé sa vie dans l'eau. Etrangement, il était de ceux pour qui ma mère priait tous les jours, sans l'avoir jamais connu, qu'à travers les médias et les actes de sa vie. Elle a perdu aussi un fils.

 

        A chaque fois que nos chemins se croisaient quelque part dans ce pays si particulier, qui s'échine tant à fuir ce qui inquiète pour ce qui rassure, ce pays si beau et qui nous est si cher, il me prenait dans ses bras, me posait sur sa poitrine. Cela m'émouvait, car je cherchais à savoir pourquoi je méritais une aussi touchante attention. C'est autour de son livre « Un tunnel de lumière », paru aux éditions Maguilen, lors d'une dédicace présidée par le ministre Mame Birame Diouf, à la dernière foire du livre de Dakar, que je lui ai parlé la dernière fois. Un bel homme, toujours élégant dans le port et le verbe. Une grande âme. Puissent, pour rejoindre la parole du Prophète, au regard de ce que Latif a laissé de constructif,  ceux qui viendront après lui, croire en lui, sans l'avoir jamais connu.

      A sa famille comme à celle de Makhouradia Guèye, comédien de poids, qui a donné toutes ses forces à son pays, un homme que j'ai beaucoup aimé, que nous avons tous beaucoup admiré, et à qui, au nom de la communauté artistique, notre pays donnera, je suis sûr, une vraie tombe dans les coeurs, je présente mes condoléances les plus attristées.

 

        Qui disait que la mort est le seul rêve accessible ?

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site